« Histoires de soi(e) » est une oeuvre textile qui rend au vêtement le rôle de vecteur d’histoires.
Dans un contexte de production textile intense, de fast fashion, d’industrie désenchantée d’une Mode déconnectée de la réalité, nous nous sommes concentrées ici sur le lien entre ce qui existe déjà : l’héritage, et ce que nous avons à y apporter : une histoire contemporaine.

Oeuvre profondément humaniste, le triptyque rend au vêtement son rôle de support de récits, de transmission d’histoires universelles ou singulières.

La veste longue à la Tati, couvrante, longue, comme une enveloppe pour apparaître, pour se cacher, ou pour passer des frontières à la couleur des murs de pierre, nous rappelle un oncle, un grand-père, un professeur d’université, une figure marquante à la saveur d’enfance.
La doublure est un jardin intérieur, secret, un lieu protecteur et poétique.

Le vêtement est ici choisi dans un stock immense de vies oubliées. Par son ampleur, sa forme existante, son histoire passée, il évoque déjà une présence.
La présence du végétal est une manière ne pas se couper de ses propres racines.

Chaque imperméable a été sélectionné dans un stock de seconde main par Sokina Guillemot.
Leurs doublures originales ont été démontées par les mains expertes de la costumière Louise le Gaufey afin d’en relever les patrons que la créatrice Sokina Guillemot a reproduit sur un pongé de soie et illustrés de ses mains. Les images et impressions sont imprégnées de son imaginaire : les jardins intérieurs.
A la manière d’une correspondance, les doublures sont ensuite retournées chez Louise pour être assemblées et remontées à l’intérieur des imperméables.

Compétences

Posté le

05/08/2020